Une déesse de la mythologie hindouiste au secours de l’épidémie: besoin de compassion.

Dans la mythologie, la déesse Cali est l’une des plus adulées et des plus puissantes. Longtemps mise à l’écart par les autres divinités, méprisée à cause de sa folie apparente, elle a recours à des méthodes violentes dès lors que l’injustice sévit. En effet, peu importe les moyens, elle se doit de faire régner la justice quoi qu’il en coûte. Pire, assister à une injustice lui est insupportable.

Mais quel rapport avec notre star du moment: le coronavirus? J’ai eut envie d’illustrer ainsi mon propos pour l’exposer le plus clairement possible. Car je sais déjà que, sous tension, la suite peut heurter ou du moins susciter l’incompréhension. Et bien le rapport, c’est cette justice parfaite avec lequel ce virus sévit. En effet, le covid 19 nous crie, il nous hurle même que la justice n’était plus dans nos vies. Il nous force à le constater pour ceux qui ne le savaient pas. Il nous force à nous mobiliser pour combattre ces injustices, pour ceux qui savaient et qui n’ont rien fait. Voyez comme ce virus touche tout le monde, sans faire de différence de classe ou d’âge. Voyez comme même ceux qui ne sont pas malades en souffrent. Santé, emploi, famille. Nous sommes tous concernés. Personne ne peut l’ignorer. Et là où l’injustice peut encore résister, comme dans les grandes entreprises par exemple, alors là le virus attaque de plus belle. Pour nous obliger à ouvrir les yeux. Tous. Et à être en tout premier lieu dans la COMPASSION. Quelques leçons.

La terre va mieux. Nous avons reçu des alertes. Des intempéries. La fonte des glace et j’en passe. Nous n’avons pas écouté. Là nous sommes obligés de laisser la nature en paix. Et le résultat est sans appel nous avons tous vu ces images étonnantes d’animaux heureux, d’air dépollué…

Les ehpad sont des lieux où la souffrance entretient la souffrance. Combien de fois avons nous vu des reportages, des scandales? Nos personnes âgées maltraitées, du personnel en sous effectif, alors que les loyers coûtent en moyenne 3000 euros à chaque résidant. Le virus met en lumière l’indignité avec laquelle nous abordons la fin de la vie.

Les enfants en échec scolaire, déprimés, insomniaques, hyperactif. Nous sommes désormais à l’arrêt et totalement disponibles pour eux. Combien de parents ont observé un changement radical et dans le bon sens des relations avec nos précieux enfants?

L’hôpital public est en souffrance. Depuis des années. Là majoration pour travail de nuit d’une infirmière est inférieure à 10 euros. Pour ne citer qu’un exemple. Les soignants n’ont jamais été aussi mal dans leurs services. Et pourtant. Ils mettent de côté leur vie privée et familiale pour assumer cette crise. Sans protection et sans entrer dans des polémiques qui seraient pour le moins légitimes. Car oui, concernant la pénurie de masques, il y a bien là une négligence qui révèle une autre injustice que je choisis de ne pas développer ici.

Il y aurait encore beaucoup d’exemples. Mon propos n’est pas un texte d’accusation mais plutôt d’invitation à la réflexion. La compassion envers les autres nous aide à les comprendre. Ainsi on transforme la colère et l’agressivité en empathie et en bienveillance. Nous sommes tous touchés par ce qui arrive. Nous en subirons tous les conséquences. Mais pour rendre le traumatisme acceptable, il nous faut garder en mémoire toutes ces injustices. Ce qui ne fonctionnait plus dans l’état pourra trouver un nouveau mode de fonctionnement, compatible avec la justice et la justesse. Et comme je le disais ce matin dans ma vidéo, il y a seulement deux réactions du psychisme face au traumatisme: la force ou l’effondrement. Autrement dit, en cas de choc l’être humain peut sombrer ou se relever plus fort. Et collectivement, il sera plus facile de se relever. With love MLB

Partager cet article sur