Nos nouvelles vies: comment bien vivre le changement?

Les thérapeutes en développement personnel n’ont de cesse de le répéter. La guérison passe par l’acceptation. Les contraintes que nous subissons depuis le début de la pandémie nous ont amené à vivre autrement et à nous interroger sur le futur. 17/03/2020, l’annonce tombe, l’humanité accuse le coup. D’abord prostrés ou perdus, parfois sous le choc, nous avons vu naître autour de nous de nombreuses initiatives positives et solidaires. Maintenir le contact, rester présent pour ses clients, apporter sa contribution dans l’intérêt général… Ces intentions sont louables et donnent de l’espoir. Le célèbre dicton « tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir » prend ici tout son sens. Comment accueillir ces nouveaux modes de vie qui s’offrent à nous?

L’obligation d’être confinés a des effets sur chaque individu. Privés de toutes nos activités et de nos contraintes de timing, nous avons arrêté de courir après le temps. Soyons tout d’abord dans la gratitude car le temps perdu est définitivement perdu. Les libertés sont également nettement diminuées, les inégalités plus marquées. Le confinement, indirectement, met en lumière des vérités jusqu’alors passées sous silence. Quelques exemples de révélations: la Terre souffre trop, on ne se mobilise pour des causes justes que lorsqu’elles nous touchent de près, la santé est une priorité, 30 enfants/classe c’est beaucoup trop, les femmes battues sont souvent prisonnières… il y en a tant que je ne saurais en faire une liste pertinente et exhaustive. Toutes les initiatives mises en place sont en fait des modifications de nos modes de vie et de consommation. L’humain, parfait à tout point de vue, a activé instinctivement sa capacité d’adaptation et par la même occasion sa créativité. Ce fut merveilleux d’assister à cela. La lumière a repoussé l’ombre.

Il s’agit désormais de se positionner: ce qui va perdurer, ce que je suis disposé à changer sur le long terme ou pas, quels sont les enseignements tirés de cette épreuve? Consommation, interaction avec les autres, travail, éducation: qu’est ce qui est vraiment important pour moi?

Et c’est de ce questionnement que vont naitre nos nouvelles vies, dans un nouveau monde. Il est probablement temps de faire le deuil de nos fonctionnements anciens. Ils ne seront plus possibles en tout cas sur une période, dont la durée est totalement incertaine. Et la dernière étape du deuil est bien l’acceptation. Certains l’ont déjà compris, d’autres ont besoin de plus de temps pour le comprendre, mais peu importe.

Ce qui apporte de la souffrance lors des changements importants, c’est la résistance. Et ce qui accompagne avec le plus de douceur possible un changement, c’est l‘adaptation. Car il semble que ce qu’il nous est proposé de vivre, collectivement, va s’inscrire dans le temps. Attention, il n’est pas question de résignation. Mais plutôt d’un passage actif dans le renouveau, en étant dans la réflexion. Demandez vous ce qui vous rend heureux. Cette chose invisible et minuscule qui a bouleversé l’organisation de la planète nous montre à quel point les humains sont interconnectés. Nous échangeons, sans nous toucher et même parfois sans nous voir. Profitez de cette étape dans l’histoire de la Terre pour vous demander si vous êtes vous mêmes, si vous êtes la personne qui vibre avec votre âme. Désormais, tout peut être changé, l’histoire peut être réécrite.

Continuer à réfléchir et penser avec notre intelligence et notre intuition, pour adopter nos nouveaux fonctionnements à tous les niveaux. Favoriser l’entraide, la collaboration, les initiatives participatives, voila ce qui va nous rendre la vie plus belle. C’est ainsi que nous ressortirons grandis de cette pandémie. Regrouper nos idées, les partager, échanger et en débattre pourquoi pas. Sans oublier le respect de son corps: avoir une hygiène de vie respectueuse de notre corps pour lui donner toutes les chances de se défendre en cas d’attaque. Je développerais ce point dans un prochain article.
L’Homme vit mal de régresser ou de stagner, il a besoin d’avancer même si la vitesse varie selon les périodes de sa vie. C’est pourquoi j’avais envie de partager ces pistes de travail pour aider à une transition paisible, cette image que dans tous les tunnels aussi sombres soient ils, il y a toujours une lumière. Si chacun fait briller sa lumière, l’ombre recule. With love MLB

Partager cet article sur